- Collectif de réflexion pour un sociotope sans argent -

Ce blog est officiellement édité par La Désargence : Visiter notre site

Lettre d'information

Pour être tenu informé des publications de la Désargence,
il vous suffit de vous inscrire à notre lettre d'information.

S'inscrire

Loi travail, réalités locales et codétermination

lundi 30 octobre 2017, par JPL

Dans Le Monde, le même jour (6 Oct. 2017), paraissent deux articles provoqués par la mise en œuvre de la Loi Travail. "Mieux adapter les accords sociaux aux réalités locales" et "La codétermination serait indispensable à une véritable réforme du travail".
Deux objectifs qui, dans le système actuel, ne vont pas de soi, qu’il faut encore définir, dont il faudra convaincre pour sauver ce qui peut encore l’être d’un sociotope commandé par les profits monétaires.
La désargence les réalise sans qu’il soit même nécessaire de les penser comme « projets ».
L’abolition du salariat permet aux usagers de s’investir en priorité dans les réalités locales, qu’il s’agisse des entreprises qui exploitent les ressources locales laissées à l’abandon parce que ça revenait moins cher d’en importer, ou qui traitent des matériaux ou produits finis qu’on ne peut produire sur place.
En régime de désargence, du seul fait de l’abolition du salariat, chacun est libre de s’engager dans les activités de son choix. S’engager dans une activité de caractère collectif intègre d’entrée de jeu la codétermination. Vous ne vous engagerez qu’à condition qu’elle soit vérifiée à toutes les étapes de l’expérience entreprise. Si vous n’êtes pas associé à l’expérience entreprise, à son suivi, si la pénibilité n’est pas prise en compte, si on ne vous parle pas d’égal à égal, vous irez voir ailleurs. Cette « codétermination » imprègne aussi les activités classées « individuelles », dans la mesure où elles sont en rapport avec l’état des expériences en cours, dont chacun entend parler, ou sur lesquelles il peut en permanence s’informer en consultant les banques de données.
En grossissant à peine, nous avons le choix entre un projet solidement réformiste, qui, même s’il se réalise rapidement n’empêchera pas les profits monétaires de continuer leurs dégâts, et une idée absolument stupide. Les partisans de la désargence ont choisi la stupidité. Comme Wikipédia, dont le principe se rapproche beaucoup et dont le projet, à l’époque, avait franchement fait rigoler ! C’était en 2003, par là…